Les portraits

Terangi Henrio

 

 

Bordeaux est Avenir. 1er Février 2017. Station Ausone, Bordeaux.

J’assiste à la présentation du livre qu’Alexandra a écrit sur Bordeaux, sa transformation, ses habitants ainsi que sur son propre cheminement de femme, d’élue. Nous nous connaissons depuis que j’ai fait mes premiers pas professionnels au sein de l’association Unis Cité en 2006. Le service civique, une politique jeunesse aujourd’hui. Un projet associatif utopique à l’époque.

J’ai dévoré ce récit tant les témoignages et les anecdotes partagés ont résonné en moi. J’ai revécu les épisodes clés de la métamorphose de Bordeaux retracés sur une période de dix années.

Aujourd’hui, l’endormie s’est réveillée, elle remporte tous les hauts qualificatifs d’attractivité : pour sa qualité de vie, sa situation géographique, son architecture…
Mais à quel prix ? Beaucoup de questions me taraudent à cette époque face aux urgences sociétales, démocratiques, économiques et climatiques qui, à mon sens, ne sont pas assez prises en compte par notre gouvernance politique. Comment habiterons-nous dans une ville où les prix de l’immobilier explosent tant sur la location que sur l’acquisition, où le foncier manque, où les demandes de logements pour les étudiants, saisonniers, stagiaires, apprentis ne sont pas satisfaites ? Comment nous déplacerons-nous quand on sait que nos axes de transport sont saturés, que les transports en commun et leur fréquence sont jugés insatisfaisant Comment nous soignerons-nous ? Comment nous nourrirons-nous ? Comment nous formerons-nous ? Comment travaillerons-nous ?

Comment mieux vivre demain et affronter les défis qui nous attendent ? Dans les prochaines décennies, sommes-nous capables de faire face aux chocs ?
Si je me pose toutes ces questions sur la ville dans laquelle je vis, je m’interroge aussi sur mon rôle. Et toi, que fais-tu ?
Alexandra me parle alors de Bordeaux Demain. Un collectif de femmes et d’hommes venus d’univers différents qui cheminent pour des propositions concrètes capables d’inverser la tendance à la vitesse et à la croissance. J’assiste aux premiers ateliers. Je m’engage.

Je me trouve à ma place. Certes, nous partageons les constats, réussites et échecs de la politique menée jusqu’ici mais nous partageons surtout la même volonté : bâtir des propositions, basées sur des faits et des chiffres, et ensuite construites par les pierres que chacun des habitants est venu apporter lors d’un temps « Bordeaux Demain ». Deux ans et demi à travailler le fond mais aussi la forme. Notre méthode est fondée sur la transparence, l’authenticité, la parole libre, l’écoute, l’ouverture et le respect des temps de chacun, des idées de chacun. Nous débattons beaucoup, nous nous consultons, nous nous interrogeons. Nous bifurquons, nous tentons.
Les thèmes qui nous sont chers émergent très vite : la ville verte, respirable, d’une haute qualité de vie démocratique, ouverte et riche de ses diversités.
Un sujet me passionne particulièrement : la ville résiliente.

Si la résilience est un terme issu des sciences de la psychologie, désignant la capacité d’un être humain à retrouver son équilibre après un choc émotionnel important, il s’applique depuis les années 1970 à la ville, à l’urbanisme, à l’aménagement d’un territoire. Une ville résiliente est ainsi une ville qui a la capacité de s’adapter aux événements afin de limiter les effets des catastrophes naturels (mais aussi économiques et sociales) et de retrouver un fonctionnement équilibré le plus rapidement possible. Montréal, Sydney, Paris, Londres, Singapour, Toronto, Barcelone font partie des 100 villes qui ont décidé d’adhérer au programme international 100 resilient cities pour s’engager sur la voie de la résilience urbaine. Un plan d’action est mis en place par chacune de ces grandes villes pour améliorer leur capacité d’anticipation, de prévention et d’adaptation face aux problématiques pouvant affecter les habitants, les acquis de la ville et de son développement. Bordeaux et la Métropole ont déjà mis en place des programmes particuliers pour travailler sur cette résilience, mais j’ai une intime conviction: Bordeaux a besoin d’une stratégie de résilience formelle, portée et soutenue pour avoir une vision plus transversale de ses vulnérabilités actuelles, pour mieux anticiper celles à venir et posséder un plan d’action intégrateur à la hauteur de ses défis.

 

Terangi

 

Bordeaux Demain

Association loi 1901

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Mentions légales

© Bordeaux Demain - 2018

Restez informés

Recevez les informations de Bordeaux Demain